Une plus grande proportion de femmes sont disponibles pour travailler au Canada qu’aux États-Unis depuis près de 20 ans révèle une étude publiée mercredi par Statistique Canada.

En 2015, 81,3% des femmes canadiennes de 25 à 54 ans faisaient partie de la population active, tandis qu’aux États-Unis, ce taux est de 73,9%, un écart de près de 7,4%, qui s’est creusé depuis le milieu des années 1990.

En 1997, le taux d’activité des Canadiennes était de 76,2%. Aux États-Unis, ce taux était de 76,7%. Depuis, 5% de plus des femmes canadiennes sont disponibles à l’emploi, alors que 2,8% des Américaines sont devenues soit femmes au foyer, étudiantes ou jugées non aptes à occuper un emploi. «Après 1997, le taux d’activité des Canadiennes est toujours demeuré supérieur à celui des Américaines, indique l’étude. Certains observateurs aux États-Unis ont attribué le repli du taux d’activité survenu au début des années 2000 à un ralentissement du marché du travail caractérisé par une faible croissance de l’emploi.»

Selon les auteurs, la hausse marquée de l’activité chez les Canadiennes de 45 à 54 ans a énormément contribué à creuser cet écart. Désormais, 82% d’entre elles sont disponibles à l’emploi, alors que seulement 72,3% l’étaient en 1997. Chez les Américaines de la même tranche d’âge, le pourcentage a chuté de près de 3% pour se fixer à 73,7% en 2015.

Il s’agit donc d’un retournement de situation si on compare 2015 à 1976 (date des premières données analysées par l’étude), puisque 5% plus d’Américaines (56,8%) que de Canadiennes étaient actives.

Par ailleurs, l’écart entre le taux d’activité des hommes et des femmes est moins grand au Canada (8,9%) qu’aux États-Unis (14,4%). «La diminution totale de l’écart du taux d’activité entre les sexes au Canada découle davantage de l’augmentation du taux d’activité chez les femmes que de la baisse du taux d’activité chez les hommes», peut-on lire dans l’étude.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!