Collaboration spéciale

MONTRÉAL — Une quinzaine de manifestants se sont déployés en début de journée, mercredi, devant l’édifice de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), au centre-ville de Montréal, en opposition à l’octroi de fonds publics dans le projet de cimenterie à Port-Daniel, en Gaspésie.

«Ce projet est un non-sens, surtout en tenant compte que c’est le projet le plus polluant de l’histoire du Québec», a indiqué à La Presse canadienne un des porte-parole, Alexandre Brunet.

Les protestataires font partie de deux groupes, le Regroupement citoyen opposé aux projets industriels insensés payés par le public en Gaspésie et Environnement Vert Plus. Ils dénoncent les dépassements de coûts et les impacts environnementaux qu’ils jugent catastrophiques de la cimenterie.

«Ce qui nous déçoit le plus, c’est qu’il n’y a eu aucune audience publique du BAPE (le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement) pour un projet aussi polluant, a précisé M. Brunet. La population de Port-Daniel est prise en otage.»

Il y a près de deux semaines, le président et chef de la direction de la CDPQ, Michael Sabia, a réitéré que la cimenterie de Port-Daniel serait rentable.

Le projet de cimenterie de Port-Daniel, initialement évalué à 1,1 milliard $, fait face à des dépassements de coûts de l’ordre de 450 millions $. La Caisse en a récemment pris le contrôle des mains de la famille Beaudoin-Bombardier.

En échange, la CDPQ a injecté 125 millions $ supplémentaires, ce qui fait passer sa participation à 265 millions $, et la société de portefeuille BlackRock se joint au groupe d’investisseurs en finançant une débenture de 125 millions $.

Puisque Investissement Québec a fourni une garantie de prêt de 250 millions $ et acquis une participation au capital-actions de 100 millions $, les protestataires concluent qu’il s’agit d’une somme totalisant 615 millions $ d’argent public en comptant les 265 millions $ de la CDPQ.

«On prévoit 150 emplois pour la cimenterie, ce qui fait à peu près 4 millions $ par emploi en argent public», a déploré M. Brunet.

«S’ils avaient donné 4 millions $ à 150 PME autour de la couronne gaspésienne, ils auraient pu relancer l’économie locale de toute la Gaspésie de bien meilleure façon et créer des emplois durables, moins polluants», a-t-il ajouté.

Alexandre Brunet a ajouté que certains de ces emplois pourraient ne même pas aller à des Gaspésiens.

«Ils vont avoir besoin d’ouvriers, mais ils vont aussi avoir besoin de techniciens spécialisés pour la fabrication du ciment et il n’est pas dit que les gens sur place sont formés pour ça ou qu’ils vont l’être», a-t-il fait valoir.

Le projet, qui a été complété à 60 pour cent, devrait être finalisé d’ici six mois.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!