OTTAWA — L’opposition néo-démocrate demande au premier ministre Justin Trudeau de préciser les mesures qu’il a mises en place afin d’exercer un contrôle accru sur l’utilisation des fonds publics par les ministres.

La commissaire à l’éthique et aux conflits d’intérêts a confirmé mardi qu’elle se pencherait sur la décision de la ministre de la Santé, Jane Philpott, de retenir les services de limousine d’une entreprise appartenant à un militant libéral qui avait fait campagne pour elle l’an dernier.

Par ailleurs, la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, est dans l’eau chaude depuis qu’on a appris que son ministère avait payé 6600 $ pour documenter en photos le passage de la délégation canadienne à la conférence sur le climat de Paris, en décembre.

Les députés néo-démocrates Alexandre Boulerice et Charlie Angus demandent maintenant au premier ministre de préciser les gestes qu’il a posés pour contrer cette «culture de dépenses douteuses».

Selon eux, ces affaires semblent violer les normes d’éthique établies par le premier ministre dans ses lettres de mandat envoyées à tous les ministres, en novembre.

Dans ces lettres de mandat, M. Trudeau indiquait à ses ministres qu’il souhaitait un gouvernement «transparent, honnête et redevable envers les Canadiens et les Canadiennes, qui respecte les normes d’éthique les plus rigoureuses, qui porte une attention soutenue à la gestion des fonds publics et observe la plus grande prudence dans ce domaine».

À la suite des affaires Philpott et McKenna, M. Trudeau a promis «des façons plus contraignantes» de dévoiler, avec transparence, l’utilisation des fonds publics, mais le cabinet du premier ministre n’a pas encore précisé ces nouvelles mesures.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!