OTTAWA — Les députés libéraux fédéraux sont arrivés, mercredi, au Saguenay, au Québec, pour une retraite du caucus.

Les détails de ce qui sera à l’ordre du jour législatif de l’automne — au-delà des affirmations vagues que la classe moyenne demeurera une priorité— n’ont pas encore été rendus publics. Cependant, les députés libéraux, qui sont réunis pour deux jours de réunions à huis clos, ont dit qu’ils espèrent discuter de nombreux sujets, incluant de la réforme électorale et d’une révision de la loi antiterroriste.

Le député libéral et président du caucus national, Francis Scarpaleggia, a été un peu plus précis avec une liste de sujets potentiels, tels que l’économie, l’environnement, la sécurité nationale, les soins de santé, c’est-à-dire «les grandes questions dont les Canadiens s’attendent à ce que nous continuons à faire avancer».

Cette réunion estivale du caucus survient tout de suite après une retraite du cabinet à Sudbury en Ontario, où l’économie stagnante a permis d’envoyer un message comme quoi la deuxième année au pouvoir nécessitera patience et acceptation car le gouvernement ne peut pas plaire à tous au même moment.

Les électeurs ne sont pas les seuls à vouloir l’attention du gouvernement.

Les députés libéraux reviennent de vacances avec les préoccupations de leurs régions provienant de nombreuses consultations communautaires que les ministres leur ont demandé de mener dans leur circonscription.

La question de ce qu’il faut faire au sujet de Bombardier, par exemple, sera sans doute débattue. La députée de Brossard—Saint-Lambert, Alexandra Mendes, affirme que ses collègues appuient à l’unanimité l’idée de verser une aide financière à l’entreprise puisque les conditions serviraient au mieux l’intérêt public.

Le nouveau processus de nomination de la Cour suprême du Canada et la possibilité que le gouvernement libéral ne respecte pas la tradition lorsque viendra le temps de remplacer le juge de la Nouvelle-Écosse, Thomas Cromwell, par un autre juge de l’Atlantique seront probablement des sujets brûlants pour les 32 députés de la côte est.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!