MONTRÉAL — Ce sont maintenant cinq syndicats CSN dans l’hôtellerie qui se sont dotés d’un mandat de grève, dans le but d’accroître la pression sur leur employeur respectif pour renouveler leur convention collective.

Quatre de ces hôtels sont à Québec et le cinquième à Sherbrooke, a précisé au cours d’une entrevue vendredi Michel Valiquette, trésorier de la Fédération du commerce de la CSN, la fédération à laquelle sont affiliés ces syndicats.

Les syndiqués des quatre hôtels de Québec — Hilton, Delta, Pur et Classique — ont voté en faveur d’un mandat de grève de 72 heures, alors que ceux de l’hôtel Quality, à Sherbrooke, ont voté en faveur d’un mandat de grève générale illimitée, a précisé M. Valiquette.

Les syndiqués d’autres hôtels au Québec seront appelés à se prononcer sur un mandat de grève de 72 heures à compter de lundi prochain, dans la région de Montréal.

Le mandat de grève de 72 heures est un mandat à être exercé au moment jugé opportun.

Les premières 24 heures du mandat sont «fractionnables», c’est-à-dire qu’elles pourront être exercées en séquences d’une, deux ou trois heures, a précisé M. Valiquette. Les 48 heures restantes devront être exercées en blocs de 24 heures, a-t-il ajouté.

«On se doit de mettre un peu plus de pression», a justifié celui qui est responsable de cette négociation coordonnée à la Fédération du commerce de la CSN.

L’actuelle négociation coordonnée touche 25 hôtels où la CSN a des membres, à Laval, Pointe-Claire, Dorval, Sherbrooke, Magog, Québec et Montréal. Comme il s’agit d’une négociation coordonnée, les discussions ont cours à 25 tables indépendantes, selon l’hôtel concerné, mais les syndicats se consultent et se concertent.

«On va souhaiter ne pas avoir à se rendre plus loin (que les mandats de 72 heures). On va souhaiter que les employeurs saisissent le message, s’assoient aux tables de négociation et négocient sérieusement pour qu’on arrive à des ententes le plus rapidement possible. C’est notre plus grand souhait. Si ce n’est pas le cas, après l’écoulement de cette banque de 72 heures-là, il faudra reconsulter les syndicats et voir quelles seront les différentes possibilités», a expliqué M. Valiquette.

Les revendications portent sur les salaires, les indemnités de vacances et les compensations à verser en cas de pertes d’emplois pour cause de fermeture de département ou de changement technologique, par exemple. Les augmentations demandées sont de 4 pour cent pour la première année, puis 4, 4 et finalement 5 pour cent pour la quatrième année du contrat de travail.

Jointe au téléphone, l’Association hôtelière de la région de Québec a confirmé que les quatre hôtels touchés par le mandat de grève à Québec faisaient partie de ses membres.

La directrice générale de l’association hôtelière, Natasha Desbiens, n’a pas voulu élaborer, si ce n’est pour confirmer que «les négociations continuent» avec les syndicats dans le but de renouveler les conventions collectives.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!