Ryan Remiorz / La Presse Canadienne Bombardier

MONTRÉAL — Bombardier a procédé à des mises à pied dans la foulée des 7000 licenciements annoncés en février dernier.

Des employés de Bombardier ont reçu vendredi des lettres de mises à pied, selon l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale (AIMTA).

L’association ne sait pas combien d’emplois sont touchés pour l’instant, a indiqué en entrevue le coordonnateur québécois de l’AIMTA, David Chartrand. Des lettres ont été remises dans la journée de vendredi, mais d’autres devraient être distribuées plus tard aux travailleurs des quarts de soir.

Un porte-parole de Bombardier, Mark Masluch, a laissé entendre que les mises à pied avaient eu lieu à l’usine de Dorval, mais selon M. Chartrand, d’autres établissements auraient été touchés.

Le syndicat s’attendait à ce que l’entreprise procède à de tels licenciements, qui sont compris dans les 7000 suppressions d’emplois sur deux ans annoncées par Bombardier en février.

M. Masluch a expliqué en entrevue que l’entreprise mettait en place sa stratégie «d’optimisation de la main-d’oeuvre», mais il n’a pas voulu préciser le nombre de mises à pied à ce point-ci.

David Chartrand déplore que les travailleurs écopent du «manque de volonté politique des gouvernements».

«Je n’ai rien contre l’idée d’aider l’industrie. Mais quand est-ce qu’on va garantir que les avions de Bombardier vont continuer d’être fabriqués ici?», a-t-il lancé en entrevue.

Selon M. Chartrand, les gouvernements semblent «avoir déjà lancé la serviette» quant à la protection des emplois dans le secteur manufacturier.

Le président de la section locale 712, Yvon Paiement, a assuré que le syndicat travaillerait «pour trouver des moyens de maintenir ces gens au travail».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!