Justin Tang / La Presse Canadienne

VANCOUVER — Trois municipalités de la Colombie-Britannique souhaitent obtenir leur part des revenus fonciers qui seraient prélevés sur la marijuana vendue si la substance vient à être légalisée.

Des résolutions ont été présentées vendredi en ce sens à l’Union des municipalités de la Colombie-Britannique par les municipalités de Nelson, Duncan et Prince Georges. L’objectif est d’exercer une pression sur les niveaux de gouvernements supérieurs pour s’assurer que le partage de l’argent des taxes soit considéré dans le processus de légalisation du cannabis.

Les villes doivent faire des investissements considérables pour assurer la logistique et prévenir l’émergence de cas de commercialisation illégale du cannabis, a fait valoir la mairesse de Nelson, Deb Kozak.

La municipalité de la province de l’Ouest a huit dispensaires sur son territoire, a souligné Mme Kozak. La mairesse demande par ailleurs à ce que les villes aient suffisamment de temps pour qu’elles puissent s’adapter aux lois futures.

Les nouvelles résolutions mises de l’avant vendredi seront débattues par les membres de l’Union des municipalités de la Colombie-Britannique lors du congrès annuel qui aura lieu à Victoria à la fin du mois de septembre. Si les propositions sont approuvées, des demandes concrètes seront faites auprès du gouvernement fédéral.

En 2015, l’association provinciale avait voté pour que les gouvernements locaux aient le pouvoir de gérer les dispensaires où la marijuana pourrait éventuellement être reçue. Une demande avait également été formulée pour que les produits dérivés du cannabis soient inclus dans la future loi fédérale.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!