Archives TC Media

BRIDGEWATER, N.-É. — Le chef de la police de Bridgewater, en Nouvelle-Écosse, a été mis en congé tandis qu’une enquête tentera de faire la lumière sur des soupçons d’agressions sexuelles et d’obstruction de la justice impliquant une adolescente qui pèsent contre lui.

La Serious Incident Response Team (SIRT) — l’équivalent du Bureau des enquêtes indépendantes — a été mandatée pour enquêter sur les faits. Elle aurait reçu des informations provenant d’un autre corps de police.

Le maire de Bridgewater, David Walker, a confirmé que le chef de la police, John Collyer, était l’homme dans le collimateur des enquêteurs. Il a été mis en congé administratif par la commission de la police locale, il y a quelques semaines.

Le maire a reconnu avoir été surpris par la dénonciation.

M. Walker a exprimé des inquiétudes pour les victimes, le chef Collyer et sa famille. Il a dit souhaiter que la SIRT mène une enquête approfondie et apporte rapidement des conclusions.

Il compte sur l’enquête pour faire toute la lumière sur les faits. Il veut que les conclusions soient rapidement transmises à la commission de police.

«Toute la collectivité sera stupéfaite d’apprendre les allégations. Chacun sera soucieux de lire le rapport et d’apprendre ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas», a ajouté le maire.

Aucune accusation n’a été portée contre le chef Collyer. Celui-ci n’était pas disponible pour commenter l’affaire.

Le chef de police adjoint Scott Feener, dirigera la police de Bridgewater pendant le congé de M. Collyer.

Le directeur de la SIRT, Ron MacDonald, a promis que l’enquête suivra son cours normal. Un rapport sera rédigé lorsqu’elle aura été complétée.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!