Facebook Le Farmer's Daughter Country Market

Un magasin général du village de Whycocomagh, situé en Nouvelle-Écosse, souhaite attirer des personnes pour travailler dans son commerce. Pour ce faire, les propriétaires sont prêtes à offrir gratuitement deux acres de terrains aux Canadiens qui iront s’établir au coeur de l’île du Cap-Breton.

«Nous aimons notre île et ce que nous avons commencé à créer ici, mais nous avons besoin de gens», indique The Farmer’s Daughter Country Market dans une annonce publiée sur sa page Facebook.

Les deux soeurs Heather et Sandee, qui ont repris l’entreprise de leurs parents vieille de 25 ans, disent vouloir sortir des sentiers battus pour aider à préserver la culture du Cap-Breton.

Des boulangers, des cuisiniers et des personnes en service à la clientèle sont recherchés. «Nous sommes à la recherche de personnes qui sont soucieuses de l’environnement, qui veulent faire partie d’une communauté et qui verront leur travail non pas comme vous travaillant pour nous, mais plutôt comme des personnes qui créent un projet duquel ils seront fiers», écrivent les propriétaires.

Celles qui voudront s’installer à Whycocomagh, qui compte moins de 1 000 habitants, se verront donner deux acres de terrain pour y installer leur demeure. «Nous ne pouvons pas vous offrir beaucoup d’argent (les salaires des petites entreprises locales du Cap-Breton sont bas), mais nous avons beaucoup de terrain», indique les deux femmes.

Après cinq ans de travail au sein de l’entreprise, les propriétaires sont prêtes à céder légalement le terrain à leurs employés. Il ne restera plus qu’à payer les frais de notaire.

Si vous souhaitez refaire votre vie en Nouvelle-Écosse, voici votre chance!

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!