Une troisième entente de principe dans le domaine hôtelier a été annoncée par la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Les travailleurs du Hilton de Laval seront appelés à se prononcer «prochainement» en assemblée générale sur l’entente conclue, mercredi, entre l’employeur et le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Hilton Laval-CSN (STTHL).

L’entente est similaire à celles conclues précédemment au Marriott Château Champlain et au Ritz-Carlton, tous deux situés au centre-ville de Montréal. Selon le communiqué de la partie syndicale, elle est d’une durée de quatre ans et prévoit des augmentations salariales de 3 pour cent pour les trois premières années et de 4 pour cent la dernière année.

Il y avait eu débrayage général d’une journée dans 10 hôtels de Montréal et de Québec, vendredi dernier, pour faire pression sur la partie patronale dans ces négociations coordonnées.

La CSN a indiqué que les membres des syndicats qui n’ont pas encore obtenu un règlement à leur table respective se rencontrent vendredi «afin d’échanger sur l’état de leurs négociations et, ultimement, d’adopter une nouvelle banque de cinq jours de grève».

Ceux-ci débrayeront afin de participer à deux assemblées générales qui auront lieu simultanément à Québec et à Montréal.

Chaque syndicat demeure autonome dans l’exercice de ses moyens de pression, bien qu’il s’agisse d’une négociation coordonnée.

Concernant le Hilton de Laval, la CSN a dit avoir de nouveau conclu une entente qui respecte la «plateforme commune de revendications».

«Il est donc clair que les autres règlements devront impérativement tenir compte de ceux-ci», a-t-on fait valoir.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!