Archives/TC Media Le deuxième procès d'Alain Perreault débutait ce mercredi.

Pour la deuxième journée de procès d’Alain Perreault, plusieurs autres témoins ont été appelés à témoigner. Le procès se poursuivra tous les jours au cours du prochain mois.

Le premier témoin qui a été appelé à témoigner ce matin devant le jury est Steve Martel, un voisin d’Alain Perreault qui habitait au 1190 rue de Lorraine, aujourd’hui appelée Jérémie-Fortin. Il aurait aperçu, en compagnie de sa conjointe, un véhicule de type Pontiac Sunfire noir vers lequel se dirigeait un homme qui tenait un sac.

Selon les dires du témoin, le véhicule ne semblait pas appartenir à l’homme, puisqu’il semblait avoir de la difficulté à déverrouiller les portières, il a reculé le siège et aurait quitté les lieux avec les phares éteints.

Il mentionne également que l’homme a utilisé son t-shirt pour ouvrir la portière, sur laquelle se trouvait encore des gouttes d’eau, car il avait plu au cours de la journée, toujours selon M. Martel. «C’est drôle, on dirait qu’il ne veut pas se mouiller les mains», se rappelle-t-il avoir pensé ce soir-là.

Le cinquième témoin depuis le début du procès, Jean-François Michaud, a pour sa part été appelé, le 19 juillet 2003 alors qu’il était patrouilleur pour le SPVQ, à se rendre au domicile d’Alain Perreault pour des fins de vérification à la demande de la famille de Lyne Massicotte. Perreault était en compagnie de sa fille alors âgé de 5 ou 6 ans, selon M. Michaud.

Perreault a alors expliqué sa version des faits, soit qu’il aurait rencontré Lyne sur internet, il relate qu’ils se sont collés un peu avant de fumer un joint de cannabis. Puis, ils ont décidé d’aller au restaurant vers 18h. Se sentant étourdi en raison du cannabis, il a décidé de ne pas aller au restaurant. Lyne a décidé d’y aller seule, et il ne l’a plus revue.

Cette version coïncide avec celle d’Yves Pelletier, un enquêteur pour le SPVQ qui a rencontré Yves Perreault à son appartement le 21 juillet 2003, à la différence près où il a affirmé à l’enquêteur Pelletier avoir eu une relation sexuelle complète avec Lyne Massicotte.

Perreault aurait également affirmé lui avoir envoyé un message sur internet afin de s’informer si elle était bel et bien rentrée. Dans la description de Lyne qu’il a fourni à M. Pelletier, il aurait affirmé que Lyne avait des clés avec un démarreur.

Lundi matin, c’est le bloc d’infiltration qui devrait commencer. Tous les agents doubles qui sont intervenus dans le cadre de cette opération de type Mr Big seront appelés à témoigner.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus