MONTRÉAL — L’homme d’affaires montréalais Mitch Garber plaide pour la fin des «deux solitudes» entre les francophones et anglophones, en exhortant les deux communautés à élargir leurs horizons et faire preuve d’ouverture.

Prenant la parole devant des gens d’affaires réunis par le Cercle canadien de Montréal, lundi, l’ex-dragon a abordé le sujet en reprochant à certains Anglo-Québécois un manque d’ouverture à l’égard de la culture francophone.

M. Garber, président-directeur général de Caesars Acquisition Company et président du conseil du Cirque du Soleil, a dit qu’il s’explique difficilement comment des anglophones ignorent encore qui sont, par exemple, l’auteur-compositeur-interprète Robert Charlebois ou l’humoriste Martin Matte.

«Le refus de certains membres de ma communauté juive et anglophone d’apprendre et de vivre en français est embarrassant», a-t-il lancé, dans un discours bilingue prononcé devant environ 350 personnes.

Bien visible depuis les 40 dernières années, ce fossé a contribué à l’instauration d’un climat d’incertitude politique et s’est avéré néfaste pour l’économie de la province, a estimé M. Garber, qui est revenu vivre au Québec en 2008.

L’homme de 52 ans a estimé que René Lévesque «avait raison», lors de la victoire du Parti québécois (PQ) en 1976, de vouloir remettre le français à l’avant-plan et qu’il était maintenant temps que tous s’entendent pour dire que le français doit être la langue prédominante au Québec.

Cela ne veut pas dire pour autant, a-t-il pris soin de préciser, que les francophones ne doivent pas apprendre la langue de Shakespeare.

«L’incapacité (de parents) francophones à comprendre les avantages pour leurs enfants de maîtriser au moins deux langues, dont la plus couramment parlée dans le milieu des affaires, paralyse toute une génération», a dit M. Garber.

«Est-ce que je crois que le français et la culture francophone devraient dominer au Québec? Oui. Éloignons-nous de toute forme d’extrémisme et trouvons une façon d’avoir un environnement francophone dans lequel les gens sont bilingues», a-t-il ajouté.

En marge de son allocution, M. Garber a expliqué qu’il avait tout simplement livré ses observations, ajoutant qu’il souhaitait également initier la discussion sur le sujet.

Éducation et économie

Profitant de sa tribune, M. Garber a également mis sur le dos du PQ et du Parti libéral du Québec (PLQ) — qui ont alterné au pouvoir pendant les 40 dernières années — le taux élevé de décrochage scolaire au Québec, le pire au pays si l’on exclut le Yukon, le Nunavut ainsi que les Territoires du Nord-Ouest, a-t-il affirmé.

Selon lui, il est temps d’inculquer des notions économiques aux étudiants dès le niveau primaire — une idée déjà mise de l’avant par certains dirigeants d’entreprises — en plus de valoriser les succès des hommes et femmes d’affaires de la province.

«Si c’est important pour nos enfants de connaître les statistiques de Carey Price, nous devrions leur dire qui est Alain Bouchard (l’un des fondateurs d’Alimentation Couche-Tard). Le chiffre d’affaires de cette entreprise sera de 50 milliards $ l’an prochain. Combien d’autres entreprises canadiennes auront des revenus aussi élevés l’an prochain? Aucune», a-t-il dit.

Critiquant le PQ ainsi que la Coalition avenir Québec (CAQ), M. Garber a dénoncé leur rhétorique à la suite des ventes de Rona à l’Américaine Lowe’s ainsi que des rôtisseries Saint-Hubert à l’Ontarienne Cara.

Pour des motifs politiques, Pierre Karl Péladeau, qui était chef du PQ, et le chef caquiste François Legault ont affirmé que ces entreprises auraient dû être rachetées par des entreprises québécoises, a déploré l’homme d’affaires.

«À lui seul, le dossier de Rona pourrait en décourager certains de brasser des affaires au Québec, a-t-il dit. Les compagnies québécoises achètent trois fois plus à l’étranger que l’inverse.»

M. Garber s’est dit bien au fait de la diminution du nombre de sièges sociaux dans la province, ce qui, selon lui, n’empêche pas les entrepreneurs de bâtir des «perles» comme Groupe CGI ou Saputo.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus