TC Media Michaël Baril-Desjean

Michaël Baril-Desjean, 18 ans, qui avait fait les manchettes en février dernier à la suite de son arrestation alors qu’il entretenait une relation amoureuse avec une mineure âgée de 13 ans, devra purger une peine de détention discontinue de 90 jours en plus de voir son nom inscrit au registre des délinquants sexuels pour une période de dix ans.

Le jeune homme a reconnu sa culpabilité au palais de justice de Thetford Mines devant la juge Lucie Rondeau, mardi matin. Il devait répondre à des accusations d’attouchements sexuels sur une mineure, de non-respect d’engagement et de possession de marijuana.

Les faits reprochés ont été commis entre le 4 novembre 2015 et le 1er février 2016 sur le territoire de Thetford Mines alors qu’il avait 17 ans.

Le Code criminel stipule qu’une personne de moins de 14 ans ne peut pas donner son consentement si la différence d’âge est de plus de deux ans.

Peines minimales

Interrogée par TC Media Nouvelles, l’avocate de la défense, Me Marie-Eve Tourigny, a mentionné que son client a souhaité mettre un terme à cette histoire puisque cela était trop émotionnellement éprouvant.

Elle a ajouté que la juge Rondeau ne pouvait pas donner une sentence moins sévère. «Je n’avais pas le mandat de contester la constitutionnalité de ces peines minimales. Je crois que c’est un genre de dossier qui pourrait être porteur dans le futur. Une inscription au registre des délinquants sexuels pour un jeune homme comme lui, considérant les circonstances, c’est la raison pour laquelle ça soulève l’opinion publique.»

D’après Me Tourigny, le cas de Michaël Baril-Desjean va servir aux autres jeunes. «La raison pour laquelle il voulait également en faire part dans les médias était d’en discuter et de mettre en garde les jeunes hommes de son âge. Si cela peut éviter à d’autres personnes de se retrouver dans cette situation, au moins cela aura eu un impact sur la société.»

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus