Jacques Boissinot Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

QUÉBEC — Le sens de l’éthique du directeur du cabinet du premier ministre Couillard, Jean-Louis Dufresne, est remis en cause par la Coalition avenir Québec (CAQ) qui lui a transmis mercredi une mise en demeure relative à des documents de la CAQ subtilisés au cours des derniers mois.

Une deuxième mise en demeure a aussi été expédiée à Yan Plante, qui était jusqu’à juillet un employé de la CAQ avant d’être recruté en août par le cabinet du premier ministre.

Selon la CAQ, en quittant ses fonctions, M. Plante s’est approprié une série de documents internes considérés confidentiels et stratégiques, un geste jugé inacceptable et immoral.

Parmi ces documents, une dizaine au total, figurent la planification parlementaire et électorale de la CAQ, incluant le plan de match de l’élection complémentaire à venir dans la circonscription de Saint-Jérôme, ainsi que des documents d’information financière du parti.

En point de presse, mercredi, le porte-parole de la CAQ, le député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, a parlé d’une «appropriation indue» de documents, s’est interrogé sur l’usage que le gouvernement a pu faire de ces informations et s’est demandé à qui elles avaient été transférées, éventuellement.

Il a aussi dénoncé le manque de loyauté du transfuge envers son ancien employeur et, selon lui, dans les circonstances, le cabinet du premier ministre devrait le congédier.

«Le premier ministre ne peut pas conserver à son emploi M. Plante avec les faits qui lui sont soumis», selon le député caquiste.

S’il ne le fait pas, il se trouve à cautionner le geste de M. Plante, a fait valoir M. Jolin-Barrette.

Au cabinet du premier ministre, Yan Plante est directeur des enjeux spéciaux et des stratégies.

La CAQ demande par ailleurs à MM. Dufresne et Plante de faire une déclaration assermentée d’ici vendredi, indiquant dans le détail quel usage avait été fait par le cabinet du premier ministre des informations contenues dans ces documents, qui avaient été transférés par voie électronique.

L’histoire pourrait prendre des proportions encore plus grandes, car le parti dirigé par François Legault dit aussi poursuivre ses vérifications avec ses avocats quant à la possibilité de déposer «dans les jours qui viennent» une plainte à la police pouvant entraîner des accusations criminelles dans ce dossier. «Toutes les options sont envisagées à ce stade-ci», a dit M. Jolin-Barrette.

Selon lui, cette histoire constitue certainement un test de leadership, tant pour M. Dufresne, qui a embauché M. Plante, que pour le premier ministre Couillard.

Lors d’une brève mêlée de presse, le premier ministre Philippe Couillard a rejeté du revers de la main les allégations de la CAQ. Il a qualifié l’affaire de «spectacle de diversion», considérant que M. Legault devrait plutôt se demander pourquoi «tant de gens» quittaient sa formation politique.

«On n’a aucun besoin de savoir quoi que ce soit autour de la CAQ», a-t-il dit sur le fond de la question, ajoutant que M. Plante ne parlait pas «des affaires internes de la CAQ» au cabinet.

Il a nié tout vol de documents, qualifiant les allégations de la CAQ de «salissage».

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus