MONTRÉAL — La situation s’est envenimée à l’hôtel Classique, à Québec, où le syndicat des employés vient de transformer son mandat de grève de cinq jours en un déclenchement de grève générale illimitée.

Ce syndicat, affilié à la Fédération du commerce de la CSN, fait partie de ceux qui tentent présentement de renouveler leur convention collective par le biais d’une négociation coordonnée.

Les syndicats de 25 hôtels font partie de cette négociation coordonnée, à la CSN, mais tous ne se sont pas dotés d’un mandat de grève.

Au plus fort du mouvement, le 9 septembre, 10 hôtels à Montréal et à Québec ont été touchés par une grève de 24 heures. Un hôtel de Sherbrooke s’est aussi doté d’un mandat de grève générale illimitée, mais il ne l’a pas encore exercé, indiquait-on mercredi à la CSN.

Vendredi dernier, sept syndicats de Montréal et de Québec qui n’avaient pas encore réussi à conclure d’entente de principe avec leur employeur respectif s’étaient dotés d’un mandat de grève de cinq jours. Les syndiqués de l’hôtel Classique étaient du lot. Mais ce mandat de cinq journées de grève a plutôt été transformé en un déclenchement de grève générale illimitée, mercredi.

La Fédération du commerce de la CSN explique ce durcissement subit des moyens de pression à l’hôtel Classique par un mécontentement des syndiqués devant l’annonce du recours à un sous-traitant par l’employeur.

Jointe au téléphone, la direction de l’hôtel Classique, à Québec, a préféré ne pas commenter l’affaire, si ce n’est pour dire: «on est un petit peu aux aguets et on sert notre clientèle qui continue de venir nous voir.»

Pour ce qui est du mandat de grève de cinq jours dans les autres établissements, il appartient à chaque syndicat de décider du moment et de la façon dont il l’exercera, a-t-on indiqué à la CSN.

Depuis le début de cette négociation coordonnée, cinq ententes de principe ont été conclues dans les hôtels suivants: Ritz-Carlton, Marriott Château Champlain et Lord Berri, au centre-ville de Montréal, puis Hilton Laval et Quality Suites à Pointe-Claire.

Les ententes de principe qui ont été conclues prévoient toutes des augmentations de salaire de l’ordre de 3, 3, 3, puis 4 pour cent pour la quatrième année du contrat de travail. De même, des améliorations ont été apportées aux vacances, ainsi qu’aux indemnités pour pertes d’emplois dans les cas de changement technologique ou de fermeture de département.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus