VANCOUVER — Le nombre de surdoses mortelles aux opioïdes comptabilisées en Colombie-Britannique a été légèrement plus bas durant le mois d’août, a indiqué le ministre de la Santé de la province, Terry Lake, mercredi. Les cas restent toutefois fréquents, avec 488 morts enregistrés cette année.

Avec 49 cas, août est le premier mois de 2016 à connaître une prévalence moindre des morts dues à des substances telles que le fentanyl, a précisé le ministre Lake. Le mois précédent, 55 cas ont été rapportés.

Le ministre — qui informait les journalistes locaux sur l’évolution de la crise de santé publique — a toutefois joué de prudence, ajoutant que les données sont pour l’heure insuffisantes pour affirmer qu’une tendance à la baisse s’amorce.

La Colombie-Britannique est au coeur d’une crise des surdoses mortelles impliquant des substance opioïdes au Canada. En avril 2015, les autorités de santé publique de la province avaient décrété l’état d’urgence. Le nombre de décès s’est élevé à 505 l’an dernier.

Les autorités de la province ont distribué 13 000 trousses de secours dans le cadre de leurs efforts d’intervention, a affirmé M. Lake. Jusqu’à maintenant, 2100 d’entre elles ont été utilisées, selon les données dont le ministère dit disposer. De nombreux hôpitaux, prisons et centres de soins ont ce matériel.

Plus de 11 000 personnes de 300 établissements ont reçu une formation pour administrer du naloxone — une sustance qui inhibe ou diminue les effets d’une consommation surélevée d’opioïdes — a soutenu le ministre.

Le fentanyl est en cause dans 60 pour cent des cas de surdoses, a pour sa part relevé la coroner en chef de la Colombie-Britannique, Lisa Lapointe. Souvent, les individus ne savent pas ce qu’ils consomment, a-t-elle ajouté.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus