FREDERICTON — Trois provinces et l’association ontarienne des avocats criminalistes ont obtenu le statut d’intervenants dans l’appel de Dennis Oland à la Cour suprême du Canada.

La Cour a déterminé que l’association et les procureurs généraux de l’Ontario, l’Alberta et la Colombie-Britannique pourront intervenir lorsque commencera l’audience, le 31 octobre.

Dennis Oland, 48 ans, a été condamné en février à la prison à vie sans possibilité de libération avant 10 ans, après avoir été reconnu coupable du meurtre non prémédité de son père, l’homme d’affaires multimillionnaire Richard Oland, en 2011.

Il demande sa libération dans l’attente de son appel du verdict, mais la requête a déjà été refusée deux fois par des tribunaux inférieurs du Nouveau-Brunswick.

Le procureur général de l’Ontario affirme que le public s’attend à ce que les peines pour meurtres et autres crimes sérieux soient appliquées, et que la libération ne devrait être accordée que lorsqu’il y a de très bons motifs d’appel.

Les avocats de Dennis Oland s’opposaient à la demande des trois provinces, mais pas à celle de l’association ontarienne des avocats criminalistes.

L’appel pour la libération ne sera entendu qu’après celui du verdict, prévu du 18 au 21 octobre.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus