MONTRÉAL — Des diplômés des Écoles vétérinaires françaises manifestent dimanche devant le bureau du premier ministre Philippe Couillard à Montréal afin de pouvoir exercer leur profession au Québec.

Malgré une entente France-Québec, signée il y a 8 ans, ils sont nombreux à se plaindre de ne pas pouvoir exercer leur métier.

Ils accusent l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec d’adopter une attitude « corporatiste ».

François Lubrina, conseiller consulaire qui représente les vétérinaires français au Québec, souhaite que le premier ministre du Québec Philippe Couillard se penche sur la question.

En entrevue à La Presse canadienne, il a affirmé que l’Ordre des médecins vétérinaires empêche les étrangers de pratiquer au Québec afin de conserver des salaires élevés pour ces membres. Il a argué que «si le marché est contrôlé par un plus petit nombre, les honoraires sont en conséquence»

Pourtant selon lui, il y a une réelle demande pour des vétérinaires.

«On trouve absolument absurde de bloquer les vétérinaires français, surtout ceux qui sont formés à la faculté de Saint-Hyacinthe, qui sont internes ou résidents, qui ont un degré de spécialité très important, et qui pourraient combler des besoins dans les campagnes du Québec. Vous savez qu’on manque de vétérinaires en Abitibi, sur la Côte-Nord et dans d’autres régions», a-t-il dit.

En 2008, la France et le Québec ont signé une entente pour faciliter la reconnaissance d’un certain nombre de métiers, mais il incombe aux autorités qui supervisent les différentes professions de signer les modalités propres à chacune d’elle.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!