BANFF, Alb. — Un ancien président et directeur général de TransCanada affirme que le plus récent revers subi par le projet d’oléoduc Énergie Est est un «nouvel échec» pour le système de réglementation «biaisé» du Canada.

Hal Kvisle estime que la récusation des trois commissaires de l’Office national de l’énergie (ONÉ) plus tôt en septembre, peu après les audiences avortées à Montréal, représente une victoire pour les opposants à l’oléoduc dont le seul objectif, selon lui, est de bloquer le processus.

Les audiences de l’ONÉ ont été suspendues à la fin du mois d’août après que la séance prévue à Montréal eut été perturbée par des manifestants. Quelques jours plus tôt, le maire de Montréal, Denis Coderre, avait réclamé la suspension des audiences.

Les manifestants et M. Coderre avaient mis en doute l’impartialité de deux commissaires ayant rencontré l’ancien premier ministre québécois Jean Charest alors que celui-ci était consultant pour TransCanada (TSX:TRP).

M. Kvisle, qui s’est adressé aux journalistes jeudi en marge du Global Business Forum à Banff, en Alberta, a estimé que cette controverse était «une tempête dans un verre d’eau», soulignant que les commissaires avaient aussi rencontré d’autres parties intéressées.

Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Jim Carr, a indiqué que de nouveaux commissaires seraient nommés dès que possible et que la période d’évaluation du projet pourrait être prolongée. L’ONÉ devait initialement rendre sa décision avant le 18 mars 2018, mais cet échéancier pourrait également être repoussé.

Les nouveaux commissaires devront décider comment se déroulera l’évaluation du projet et si des témoignages devront être réentendus.

L’oléoduc Énergie Est, prévu pour s’étendre sur 4500 kilomètres, doit transporter 1,1 million de barils de pétrole par jour entre l’Alberta et les raffineries du Nouveau-Brunswick, pour exportation sur les marchés internationaux.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!