FREDERICTON — L’Université du Nouveau-Brunswick met de côté sa demande de révision judiciaire d’une décision l’ayant forcée à reformer son équipe de hockey féminine.

En rendant sa décision, la Commission du travail et de l’emploi a également jugé que l’université avait fait preuve de discrimination fondée sur le sexe en plaçant l’équipe dans la catégorie des «clubs sportifs» plutôt que dans une ligue universitaire, en 2008.

Sylvia Dooley évoluait au sein de l’équipe et affirmait que la décision de l’université était discriminatoire.

Mme Dooley a indiqué que les deux parties avaient accepté de se rencontrer pour déterminer comment la décision de la Commission pouvait être appliquée.

Des dates provisoires ont été fixées en novembre et en décembre.

L’université pourrait se tourner vers les tribunaux si elle n’arrive pas à conclure une entente.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus