SAINT-JEAN, N.-B. — Une enquête externe a blanchi de possibles actes répréhensibles le chef de police adjoint à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, à la suite de son témoignage au procès pour meurtre de Dennis Oland.

La police de Saint-Jean a affirmé que l’enquête de la police régionale de Halifax n’avait montré aucun élément de preuve pour soutenir les accusations contre Glen McCloskey.

L’enquête avait été demandée par le chef de la police de Saint-Jean, John Bates.

Durant le procès de Dennis Oland l’an dernier pour le meurtre de son père, l’homme d’affaires Richard Oland, un témoin a affirmé que M. McCloskey, alors inspecteur, lui avait demandé de ne pas dire que celui-ci s’était rendu sur les lieux du crime.

M. McCloskey avait réfuté ces allégations.

La preuve au procès avait laissé croire à un certain nombre de problèmes avec l’enquête, dont une surveillance défaillante de la scène de crime. Cela avait amené les commissaires du conseil de la police de Saint-Jean à demander à la commission de la police provinciale de faire enquête.

Le corps de Richard Oland avait été découvert dans son bureau à Saint-Jean, le 7 juillet 2011.

Dennis Oland a été condamné pour meurtre non prémédité en décembre, et a commencé à purger une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant dix ans.

L’appel sur sa condamnation devrait être entendu à partir du 18 octobre.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!