HALIFAX — Le Conseil économique des provinces de l’Atlantique croit que les provinces qui ne disposent pas d’importantes ressources hydroélectriques ont raison de manifester leur opposition au plan de tarification du carbone du gouvernement du Canada.

Le président du Conseil, Finn Poschmanns, dénonce l’insistance du gouvernement fédéral à vouloir imposer des mesures aux provinces alors que certaines d’entre elles en ont déjà appliqué.

À son avis, les règles actuelles sur les émissions polluantes imposées à l’industrie sont très efficaces et l’imposition de taxes ou d’un système de plafonnement et d’échange sur le prix du carbone nuira à l’économie.

Finn Poschmanns ajoute que la transition de la Nouvelle-Écosse et de l’Ontario du charbon vers d’autres sources d’énergie a déjà coûté des milliards de dollars, une facure que les abonnés à l’électricité devront payer pendant des décennies.

Le Conseil économique des provinces de l’Atlantique demande plus de flexibilité de la part du gouvernement du Canada et de mieux reconnaître les initiatives provinciales.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus