Sean Kilpatrick Sean Kilpatrick / La Presse Canadienne

OTTAWA — La responsable au ministère fédéral qui supervise les efforts pour corriger le système de paie des fonctionnaires fédéraux Phénix a affirmé que le gouvernement n’envisageait pas d’actions en justice, bien qu’au moins un autre pays ait emprunté cette voie.

Le géant technologique IBM a créé le système de paie Phénix, inspiré du programme PeopleSoft utilisé à travers le monde et adapté aux besoins de la fonction publique fédérale.

Le gouvernement de l’État du Queensland, en Australie, avait tenté en vain de poursuivre IBM pour des problèmes similaires du système de paie dans une affaire s’étant conclue plus tôt cette année. La poursuite était intentée alors même que le gouvernement canadien réalisait son appel de propositions pour son nouveau système de paie.

Récemment, le gouvernement fédéral a prévu une somme additionnelle de 50 millions $ relativement à Phénix, incluant quelques millions pour IBM afin que l’entreprise apporte des correctifs au système.

Marie Lemay, sous-ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, a fait valoir qu’il n’y avait aucune raison de poursuivre IBM, que l’entreprise respectait son contrat et était un bon partenaire.

Mme Lemay a indiqué que lorsque le gouvernement identifie des problèmes, IBM répond immédiatement et apporte les correctifs nécessaires.

Ces correctifs se poursuivent alors que les autorités tentent de rattraper le retard de milliers de cas d’erreurs sur la paie avant la fin du mois et de traiter les nouveaux cas qui font surface.

Le gouvernement a été forcé d’embaucher ou réembaucher des centaines de travailleurs de la paie et des centres d’appel après que plus de 82 000 fonctionnaires eurent signalé des problèmes avec leur paie. Des centaines de plaignants n’avaient pas été payés, dans certains cas depuis quelques mois.

La sous-ministre a indiqué que les responsables avaient réglé plus de 38 228 cas d’erreurs sur la paie qui étaient dans le système en date du 1er juillet. Elle a soutenu que les responsables avaient réglé environ 15 000 cas ces dernières semaines, et que le ministère était en voie de rattraper le retard d’ici le 31 octobre.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!