Archives Métro | Chantal Lévesque

Une centaine d’étudiants en psychologie et de psychologues ont aménagé jeudi midi une «salle d’attente» devant les bureaux du ministère de la Santé et des Services sociaux à Montréal.

Ils protestaient ainsi contre l’immobilité du gouvernement face à leur demande que l’internat et les stages en psychologie soient rémunérés. Le ministre Gaétan Barrette attend les résultats d’un rapport à ce sujet de la part de l’ancien président de l’Ordre des psychologues du Québec

«Pourquoi la santé mentale est-elle en attente?» s’est questionnée Julie Marcherez, vice-présidente de la Fédération interuniversitaire des doctorants en psychologie (FIDEP). Les étudiants en sont à leur 5e semaine de boycott des stages, ce qui a des conséquences sur le nombre de patients qui ont pu être pris en charge, estime Mme Marcherez, puisque les étudiants effectuent l’équivalent de 80% du travail d’un psychologue.

Les manifestants ont également déploré les délais, pouvant aller jusqu’à plusieurs années dans certains endroits au Québec, pour voir un psychologue dans le réseau public.

Des représentants de l’Association des psychologues, de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) et de l’Union étudiante du Québec (UEQ) ont pris part à l’évènement. Une manifestation avait lieu simultanément à Québec devant le Parlement.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!