WASHINGTON — La faiblesse persistance des exportations canadiennes a ralenti le redressement du Canada face au déclin des cours pétroliers, a soutenu le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, samedi.

Ce problème continue de mystifier les experts, a-t-il reconnu.

Le Canada anticipait une hausse des exportations — qui aurait dû être favorisée par un dollar plus faible — pour contrebalancer la chute des prix pétroliers pendant une période de transition qui se serait étendue de trois à cinq ans.

Mais la reprise est plus lente que prévu.

M. Poloz a indiqué qu’il donnera plus de détails à ce sujet d’ici quelques semaines. Il a toutefois reconnu que les experts ne comprenaient pas trop les causes de cette situation.

«Cette incompréhension nous pousse à dire qu’il existe une différence entre ce que doit être l’état de l’économie et ce qu’il est réellement», a-t-il souligné.

Selon les dernières données du gouvernement fédéral, les exportations ont même reculé de 2,5 pour cent en 2016. Cette baisse serait attribuable aux feux de forêt qui ont interrompu la production pétrolière en Alberta. Mais ce déclin frappe aussi le secteur manufacturier. Les exportations sont en croissance vers la plupart des pays. Il y a une exception, mais elle est de taille: les États-Unis.

Selon le gouverneur, le Canada finira par traverser avec succès la période de transition, mais il y parviendra plus lentement.

«On croit toujours que l’économie est en période de redressement. Nous employons souvent ce mot: ‘cycle’. Désapprouvons-nous le rythme de cette transition ? Absolument. (La réduction des cours pétroliers) a établi un processus d’ajustement de trois à cinq ans. Cette période se poursuivra encore pendant plus ou moins une année.»

M. Poloz assure que les nouvelles mesures adoptées par le gouvernement fédéral viendront en aide à l’économie.

Il estime que les mesures gouvernementales stimuleront l’économie. Il croit que la reprise est déjà en vigueur grâce aux nouvelles allocations pour enfant que touchent les familles. Il ajoute que le programme des infrastructures de plusieurs milliards de dollars sera profitable sur le plan économique d’ici un an.

«Les conséquences fiscales de (ces mesures) commenceront à apparaître bientôt dans nos données, a-t-il souligné. Les allocations pour enfants sont assez importantes. Je suis certain que nous en verrons les conséquences dans les données automnales sur les ventes au détail.»

Aussi dans National :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!