Québec et Ottawa ont mis chacun 1 million $ de fonds publics pour assurer le succès du troisième Sommet international du coopératisme qui se tient à Québec jusqu’à jeudi.

Quelque 3000 promoteurs, penseurs et artisans du coopératisme, en provenance de 115 pays, se sont donné rendez-vous à Québec pour échanger sur les tendances et les défis auxquels sont confrontées ces entreprises qui appartiennent à leurs membres.

L’événement, qui vise à renforcer le modèle d’affaires coopératif, a été organisé par l’Alliance coopérative internationale, dirigée par Monique Leroux, et le Mouvement Desjardins, représenté par son président, Guy Cormier.

Invité à prononcer une des conférences d’ouverture, le premier ministre Philippe Couillard a indiqué que le modèle coopératif faisait partie de «l’ADN social et économique» des Québécois.

Il a noté que les entreprises coopératives, qui procurent un emploi à 104 000 Québécois, avaient un taux de survie élevé.

Monique Leroux, ancienne présidente du Mouvement Desjardins, a vanté le modèle coopératif, en soulignant le fait que ce type d’entreprises ne pouvaient pas être délocalisées dans un autre pays, ni faire l’objet d’une offre d’achat hostile, parce qu’elles appartenaient à leurs membres.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!