QUÉBEC — De concert avec les universités, les cégeps et les associations étudiantes, Québec imposera des balises nationales très strictes aux activités d’initiation tenues en début d’année scolaire.

Les étudiants fêtards qui n’auront pas compris le message s’exposeront à de lourdes sanctions.

Se disant extrêmement préoccupée et choquée par divers incidents relayés par les médias et survenus lors de la dernière rentrée universitaire, en septembre, la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, a sonné mercredi la fin de la récréation.

Elle a dit qu’il fallait dénoncer sans réserve les dérapages survenus lors de certaines initiations universitaires, qui trop souvent se transforment en activités d’humiliation et en séances dégradantes d’agressions sexuelles contre les étudiantes.

Certains des gestes rapportés pourraient être passibles de poursuites criminelles, a dit la ministre.

Après avoir rencontré dernièrement les leaders des organisations étudiantes, en vue d’explorer les pistes de solution, Mme David a dit qu’elle allait s’entretenir vendredi matin avec les recteurs dans le même but. Par la suite, elle doit rencontrer les directeurs de cégeps.

À la suite de ces consultations, elle entend agir «rapidement» pour rendre public son plan d’action.

Il s’agit d’un problème de dimension nationale, a-t-elle fait valoir, d’où l’importance d’adopter une politique d’intervention commune à tous les établissements scolaires.

«Il faut qu’on balise mieux. Il faut qu’on sache que la tolérance, c’est zéro, que les gens dénoncent et qu’il y ait des processus communs. C’est un discours national qu’on veut avoir autour de ça et nous allons l’avoir», a assuré la ministre David, lors d’une brève mêlée de presse, en marge de la réunion hebdomadaire du conseil des ministres.

«Il faut que toute cette situation ne se reproduise plus», a-t-elle souhaité, car «on peut baliser beaucoup plus et beaucoup mieux».

Les balises à venir seront «extrêmement rigoureuses», a-t-elle promis, car les dérapages rapportés récemment sont «des choses graves».

Elle a reconnu l’impuissance du gouvernement à interdire carrément ce type d’activités, d’où l’attrait pour une politique nationale d’intervention contenant des mesures musclées et la menace de sanctions pour décourager les contrevenants.

Les étudiants universitaires pourront donc continuer à tenir des activités d’initiation «festives», mais à condition qu’elles ne soient pas dégradantes pour les femmes.

Elle relate à ce propos le témoignage d’une jeune fille entendu dans un reportage, qui a raconté en ondes avoir dû porter un costume d’Hawaïenne, lors de son initiation. Et les choses ont mal tourné, quand elle s’est retrouvée nue devant public.

«Costumée en Hawaïenne et on lui descend les petites culottes. Y a-t-il quelque chose de plus dégradant? Ces gens-là doivent être poursuivis. Il y a des accusations qui peuvent être portées, au criminel s’il y a lieu», selon Mme David.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!