TORONTO — Le commentateur sportif Jerry Howarth s’est engagé à ne pas employer le terme «Indians» lors de la série éliminatoire de la Ligue américaine de baseball qui opposera l’équipe de Cleveland aux Blue Jays de Toronto.

L’analyste de l’équipe torontoise soutient qu’il n’a pas prononcé le nom des Indians lors de ses descriptions de matchs depuis près de 25 ans.

M. Howarth dit avoir amorcé ce boycottage après la Série mondiale de 1992, lorsqu’un partisan autochtone lui a signifié le caractère offensant de noms comme celui des Braves d’Atlanta et leur cri de ralliement, le «tomahawk chop».

Le mot-clic #notyourmascot (pas votre mascotte) a pris du galon sur les réseaux sociaux au cours des derniers jours.

L’animateur de «Blue Jays Central» à Sportsnet, Jamie Campbell, a écrit sur Twitter qu’il tenterait de suivre l’exemple de son collègue.

Pour sa part, la commissaire ontarienne des droits de la personne a mis tous les médias canadiens au défi de faire de même. Renu Mandhane soutient que taire le nom d’une équipe en ondes nuit à la vente de ses produits dérivés.

L’ancien premier ministre de l’Ontario Bob Rae a quant à lui écrit que «le nom et le logo de l’équipe de Cleveland sont si mauvais que pour cette unique raison, il faut les battre».

Depuis des décennies, le premier match à domicile des Indians a été le théâtre de manifestations dénonçant les stéréotypes négatifs perpétués par la franchise. Un changement de leur logo est notamment réclamé puisqu’il caricature un membre des Premières Nations à la peau rouge, affichant un énorme sourire et muni d’une plume.

Du côté du monde du football, les Redskins de Washington de la NFL ainsi que les Eskimos d’Edmonton de la CFL font l’objet de revendications similaires.

La Série de championnat de la Ligue américaine s’amorcera vendredi à Cleveland.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus