VANCOUVER — La première ministre de Colombie-Britannique, Christy Clark, craint que cette course à la Maison-Blanche ne dissuade les femmes de se lancer en politique.

En marge de la conférence We For She, à Vancouver, Mme Clark a dit redouter que la campagne électorale en cours au sud de la frontière ne se traduise par un recul dans la participation politique des femmes.

Le candidat à la présidence américaine, Donald Trump, a été éclaboussé par le dévoilement d’un enregistrement où l’on peut l’entendre se vanter que, grâce à sa célébrité, il peut se permettre d’empoigner les organes génitaux des femmes qu’il convoite. Depuis, de nombreuses femmes ont témoigné avoir été touchées contre leur volonté par le candidat républicain.

Donald Trump — qui balaie le tout d’un revers de main — s’est défendu en disant que l’enregistrement n’était qu’une «conversation de vestiaire». Aux yeux de Mme Clark, le fait de justifier ainsi ces propos «absolument honteux» est une insulte envers tous les hommes décents.

La politicienne juge par ailleurs que les attaques dirigées vers son adversaire démocrate, Hillary Clinton, contribueront également à détourner les femmes de l’implication politique et par le fait même, nuiront à l’atteinte de l’égalité entre les sexes.

«Quand on voit la discussion autour de la première femme à briguer la présidence au sein d’un parti majeur aux États-Unis, et la manière dont elle est attaquée, en grande partie parce qu’elle est une femme, je ne vois pas comment ça pourrait encourager bien des femmes à s’impliquer en politique», a-t-elle déploré après son discours d’ouverture de vendredi.

«La seule manière pour les femmes d’être égales dans la société et d’être traitées avec respect est que nous soyons plus nombreuses à aller de l’avant et incarner le changement», a-t-elle martelé.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!