Andrew Vaughan / La Presse Canadienne

MUSKRAT FALLS, T.-N.-L. — Le promoteur du projet de barrage hydroélectrique de Muskrat Falls, au Labrador, dit s’inquiéter de la sécurité des manifestants qui ont investi le chantier de construction en fin de semaine.

Dans un communiqué publié lundi, Stan Marshall, président de la société de la Couronne Nalcor Energy, soutient qu’une cinquantaine de manifestants se sont introduits sur le chantier samedi et ont occupé des camps de travailleurs. L’entreprise a alors évacué environ 700 travailleurs du secteur.

Selon M. Marshall, une vingtaine de manifestants se sont ensuite dirigés vers le chantier proprement dit, ce qui poserait des risques pour leur sécurité et celle des travailleurs.

Le président explique que de tels chantiers de construction sont dangereux pour ceux qui ne sont pas formés ou équipés adéquatement. Il demande aux manifestants de quitter le chantier et de se confiner à la zone sécurisée déjà délimitée pour faire entendre leur voix.

La Gendarmerie royale du Canada, «pour des raisons de sécurité», a de son côté fermé temporairement la section de la route 510 qui mène au chantier de construction, situé à l’est de Happy Valley-Goose Bay, sur le cours inférieur du fleuve Churchill.

Les opposants au projet soutiennent que le réservoir créé en amont du barrage de Muskrat Falls sera éventuellement contaminé par du méthylmercure, une substance neurotoxique. Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, a indiqué samedi que Nalcor ne procédera pas à l’inondation avant une rencontre avec les dirigeants des communautés locales, prévue mardi.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus