DAVE CHIDLEY DAVE CHIDLEY / La Presse Canadienne

TORONTO — L’homme reconnu coupable du meurtre de la petite Victoria Stafford, âgée de huit ans, n’a pu convaincre la Cour d’appel de l’Ontario d’infirmer le verdict prononcé en 2012.

Michael Rafferty a été condamné à la prison à vie, sans possibilité de libération avant 25 ans, pour avoir enlevé, agressé sexuellement et assassiné la fillette de Woodstock, en Ontario. La complice de Rafferty, Terri-Lynne McClintic, avait plaidé coupable en 2010 à l’accusation de meurtre prémédité.

L’avocat de Michael Rafferty, Paul Calarco, a plaidé en Cour d’appel que le juge au procès avait commis plusieurs erreurs, notamment en ne prévenant pas les jurés de se méfier du témoignage de Terri-Lynne McClintic — la défense suggérait que c’est elle qui avait orchestré les crimes.

Les juges en Cour d’appel ont rejeté la requête de la défense avant même d’entendre les arguments de la Couronne. Le comité de trois juges rendra sa décision écrite un peu plus tard, mais le juge John Laskin a indiqué lundi que la thèse de la défense n’était pas cohérente.

Au procès, Terri-Lynne McClintic a relaté l’histoire horrible d’un couple de toxicomanes qui enlève une fillette pour que Michael Rafferty la viole avant de l’assassiner à coups de marteau. Elle a soutenu que c’est Rafferty qui lui dictait sa conduite, au fur et à mesure. L’avocat de Rafferty, lui, a suggéré que c’est plutôt McClintic qui avait orchestré les crimes.

La Couronne a toutefois plaidé que Michael Rafferty devait de toute façon être reconnu coupable parce que les coaccusés avaient agi ensemble — peu importe lequel des deux avait effectivement assassiné la petite Victoria Stafford.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus