Andrew Vaughan / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le Bloc québécois a demandé mardi la tenue d’un débat d’urgence au Parlement sur l’implication d’Ottawa dans le dossier de la centrale hydroélectrique de Muskrat Falls, au Labrador.

Le président de la Chambre, Geoff Regan, a refusé d’accéder à cette demande, signalant qu’elle n’atteignait pas «les niveaux exigés par le règlement».

Une cinquantaine de manifestants occupent depuis samedi le site de la centrale, ce qui a forcé le promoteur Nalcor à évacuer environ 700 travailleurs. Les protestataires s’inquiètent de la contamination de cours d’eau au mercure méthylé, qui sera provoquée par l’inondation d’un bassin d’environ 41 kilomètres carrés.

Le Bloc craint aussi l’impact que ce projet pourrait avoir sur le portefeuille des contribuables, dans l’éventualité où la province de Terre-Neuve-et-Labrador ne serait pas en mesure de rembourser des prêts à Ottawa. Le gouvernement fédéral a déjà avancé 6,4 milliards $ en garantie de prêts, mais les coûts continueront de grimper et pourraient atteindre 15 milliards $, selon certains calculs.

Mardi après-midi, le ministre fédéral des Ressources naturelles, Jim Carr, a confirmé qu’il étudie une demande du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador pour prolonger les garanties de prêts offertes par le gouvernement fédéral conservateur en 2013. «Nous considérons sérieusement leur requête», a dit le ministre Carr à sa sortie des Communes, sans préciser les montants en cause.

Selon la députée bloquiste Marilène Gill, si Ottawa devait assumer ces frais, cela représenterait une facture de 1000 $ par contribuable.

«On ne peut pas accepter que le gouvernement décide ça tout seul, sans rendre de comptes à qui que ce soit. Ça prend un débat, un débat public», a-t-elle insisté en conférence de presse.

Son chef intérimaire, Rhéal Fortin, croit qu’il est temps de «débrancher le respirateur» artificiel et d’abandonner le projet.

«Ce projet-là est mal ficelé dès le départ. Comment ça se fait que c’est aujourd’hui qu’on réalise que ce terrain-là est contaminé au mercure?», a-t-il lancé en point de presse. Il a qualifié de «saugrenue» l’idée de concurrencer Hydro-Québec par ce projet.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus