Paul Daly / La Presse Canadienne Muskrat Falls

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — La sécurité a été accrue à l’assemblée législative de Terre-Neuve-et-Labrador, mardi, alors que le premier ministrerencontrait des chefs autochtones pour discuter du barrage hydroélectrique de Muskrat Falls, sur le cours inférieur du fleuve Churchill.

Des agents de sécurité avaient verrouilllé les portes principales derrière alors que des manifestants s’attroupaient.

Le premier ministre Dwight Ball a promis que Nalcor Energy, la société de la Couronne responsable du projet, ne procéderait pas à l’inondation en amont du barrage avant la tenue de cette rencontre au sommet.

Une quarantaine de manifestants étaient déjà présents mardi matin devant l’assemblée législative, à Saint-Jean, et les responsables de la sécurité ont jugé bon de verrouiller les portes principales de l’édifice. Sur une banderole, on pouvait lire: «N’empoisonnez pas le Labrador!»

Les opposants au projet soutiennent que le réservoir de 41 kilomètres carrés créé par la construction du barrage sera éventuellement contaminé par du méthylmercure, un composé organique neurotoxique produit par la décomposition des végétaux dans des eaux stagnantes. Quelque 2000 Inuits et allochtones vivent en aval du barrage, sur le lac Melville. La semaine dernière, Nalcor a accepté de retirer davantage de couvert forestier là où le réservoir sera créé, mais les opposants soutiennent qu’il faudrait aussi racler le sol.

Un des manifestants, Angus Andersen, du village de Nain, au Labrador, estime que l’objectif de la rencontre de mardi est grandement miné par l’injonction obtenue du tribunal par Nalcor, qui prévoit l’arrestation de la vingtaine d’opposants au projet qui se trouvent encore sur le chantier.

Une cinquantaine de manifestants sont entrés sur le chantier samedi et ont occupé des camps de travailleurs, ce qui a poussé le promoteur à évacuer environ 700 travailleurs. La société de la Couronne a obtenu lundi une injonction visant l’arrestation de 22 manifestants qui se trouvent toujours sur le chantier.

L’organisatrice de la manifestation de mardi à l’assemblée législative, Denise Cole, de Goose Bay, rétorque qu’une personne ne peut être accusée d’introduction dans une propriété privée alors que ce territoire lui appartient. Elle a aussi demandé aux manifestants d’observer une minute de silence et de faire une prière pour ceux qui occupent le chantier de Muskrat Falls et qui bloquent l’accès au site.

Trois opposants au projet ont déclenché une grève de la faim, dont l’artiste inuit Billy Gauthier, qui soutient avoir cessé de manger il y a 12 jours.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus