Larry MacDougal

CALGARY — L’Office national de l’énergie (ONÉ) révise à la baisse ses prévisions à long terme de prix du baril de pétrole et de production canadienne de pétrole.

Dans une mise à jour transmise mercredi, l’ONÉ explique les ajustements par la présence de lois et de règlements environnementaux plus stricts mais surtout par un recul des coûts internationaux pour l’industrie.

L’organisme fédéral de réglementation prévoit désormais qu’en tenant compte de l’inflation attendue, le prix moyen du baril de pétrole brut sera d’environ 68 $ US en 2020, 12 $ US de moins que la prévision qu’il a émise en janvier dernier.

L’ONÉ ajoute que le prix devrait s’établir à 90 $ US en 2040, 17 $ US de moins que ce qu’il annonçait en début d’année en cours.

Shelley Milutinovic, économiste principale à l’Office, explique qu’à un prix moyen d’entre 40 $ US et 60 $ US le baril, la production mondiale d’or noir peut rester élevée.

Des prix du pétrole plus bas devraient se traduire à long terme par une production plus faible au Canada. L’ONÉ précise que la production quotidienne du Canada devrait passer de 4 millions de barils en 2015 à 5,7 millions de barils en 2050; c’est 391 000 barils de moins que ce qui était prévu en janvier.

Shelley Milutinovic fait toutefois remarquer que les données peuvent changer très rapidement en raison, surtout, des politiques publiques en matière de climat.

Les prévisions de production de pétrole au Canada de l’Office national de l’énergie reposent sur la présomption que les projets d’oléoducs seront réalisés.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus