Facebook Mélina Roberge (à gauche) et Isabelle Lagacé (à droite)

Les Québécoises Mélina Roberge et Isabelle Lagacé, accusées d’importation commerciale de 95 kilos de cocaïne en Australie, ont fait une brève apparition en cour criminelle de Sydney, mardi soir. Elles n’ont enregistré aucun plaidoyer.

Les deux jeunes femmes, respectivement originaires de Granby et de Longueuil, ont brièvement comparu devant le juge Robert Williams, de la cour criminelle locale de Sydney. Leur comparution était prévue pour 18h30, heure du Québec, soit à 9h30 mercredi matin, heure locale.

Mélina Roberge et Isabelle Lagacé demeurent détenues au terme de leur présence au tribunal.

Aucun plaidoyer n’a été enregistré, souligne Angus Huntsdale, directeur des relations médias au département de justice de Sydney, en Australie.

Les causes ont été remises au 7 décembre prochain, à 9h30. À ce moment, les deux jeunes femmes doivent revenir au palais de justice de Sydney.

30 M$ de cocaïne

Mélina Roberge et Isabelle Lagacé sont accusées d’importation commerciale de cocaïne. Elles sont détenues depuis leur arrestation le 28 août dernier, au port de Sydney. La peine maximale reliée à cette infraction criminelle est l’emprisonnement à perpétuité.

Mélina Roberge (23 ans) et Isabelle Lagacé (28 ans) ont été appréhendées, à bord d’un bateau de croisière. Elles étaient accompagnées d’André Tamine, un Québécois de 63 ans. Les autorités australiennes ont découvert dans leurs bagages 95 kilos de cocaïne. Sur une vidéo rendue disponible par la police fédérale australienne, on peut voir la drogue emballée dans de nombreux sacs, dissimulés dans plusieurs bagages. La cocaïne saisie est évaluée à 30 M$.

Mélina Roberge et Isabelle Lagacé avaient été identifiées par les agences de surveillance frontalières comme des voyageuses à haut risque.

Plusieurs services internationaux de l’Australie, des États-Unis, de la Nouvelle-Zélande et du Canada ont participé à l’opération qui a mené à leur arrestation.

Dans les semaines précédant leur arrivée en Australie, les jeunes femmes ont notamment visité la Polynésie française, le Chili et le Pérou. Avant son arrestation, Isabelle Lagacé travaillait au bar Notre Société, à Longueuil.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus