SEPT-ÎLES, Qc — Un excès d’alcool — et non la haine — aurait motivé l’entrée par effraction et les actes de vandalisme commis au Centre culturel musulman de Sept-Îles mardi, affirme la Sûreté du Québec.

Les autorités soutiennent que selon toute vraisemblance, les méfaits perpétrés dans la nuit du 24 octobre, vers 2 h 30, n’ont pas de caractère haineux. Le suspect venait apparemment de quitter un bar et aurait été en état d’ébriété avancée, a indiqué le sergent Jean Tremblay, de la Sûreté du Québec.

Après s’être livré à la police le jour même, le suspect de 38 ans a été interrogé par les enquêteurs du poste de la MRC des Sept-Rivières.

Un membre de la communauté musulmane de Sept-Îles, Nizar Aouini, s’est dit ému des marques de soutien exprimées par ses amis et ses voisins, qui l’ont rassuré sur la place des musulmans dans la société québécoise.

M. Aouini avait publié sur son profil Facebook des photos dans lesquelles on peut apercevoir des plantes jonchant le plancher du centre musulman, une bibliothèque détruite, de même qu’un écran d’ordinateur renversé.

L’administrateur du centre, Ben Rouine, a souligné que son ouverture était prévue au cours des prochaines semaines.

En entrevue avec La Presse canadienne, il a dit avoir reçu lui aussi beaucoup de soutien de la communauté.

C’est la troisième fois que le Centre culturel musulman de Sept-Îles est la cible de vandalisme depuis sa mise en chantier, en 2013, a indiqué M. Rouine. Seulement deux de ces incidents auraient été officiellement signalés à la police.

Il précise que le centre sera surtout fréquenté par les 15 familles musulmanes résidant dans cette région de la Côte-Nord.

Bien que M. Rouine, un traiteur et propriétaire de restaurant, se montre attristé par les événements, il n’y voit qu’un geste isolé.

Il considère aussi comme étant «un pas dans la bonne direction» le fait que l’individu concerné se soit lui-même livré aux autorités. M. Rouine, qui est établi à Sept-Îles depuis 36 ans, s’est dit prêt à aider cet homme pour qu’il ne recommence pas.

Le suspect a été libéré sous promesse de comparaître à une date ultérieure. Il pourrait faire face à des accusations d’introduction par effraction et de méfait de plus de 5000 $.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus