Un extrait du Guide de sensibilisation au terrorisme et à l'extrémisme violent.

MONTRÉAL — La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a lancé mercredi un guide de prévention du terrorisme et de la radicalisation menant à la violence, destiné aux parents, aux enseignants et aux proches des personnes à risque.

Le guide, intitulé «Guide de sensibilisation au terrorisme et à l’extrémisme violent», vise à les aider à mieux comprendre et à reconnaître le phénomène de la radicalisation.

«Il n’existe aucun profil type du terroriste», prévient-on d’emblée.

Mais pour identifier les personnes à risque, il énonce, entre autres choses, les signes avant-coureurs de radicalisation et ceux de la planification d’un attentat. Il discute également du rôle de l’internet et de la propagande.

«En plus de diffuser de la propagande haineuse, internet donne accès à des conseils tactiques pour déjouer la sécurité. Il devient un camp d’entraînement virtuel et peut aider à la préparation d’attentats», est-il expliqué dans le guide de 135 pages.

On peut aussi trouver dans cet outil les coordonnées de certains organismes locaux pour obtenir de l’aide ou pour signaler un comportement suspect.

Le guide est gratuit et disponible en français et en anglais. Il est offert en livre électronique et est téléchargeable sur le site de la GRC.

On peut y lire des témoignages de proches de personnes ayant perpétué des actes terroristes, comme le père de Martin Couture-Rouleau, âgé de 25 ans, qui a commis l’attentat de Saint-Jean-sur-Richelieu en 2014.

«Martin était un garçon comme les autres: il aimait avoir du plaisir, il aimait la vie. Constamment sur internet, il a malheureusement été manipulé et influencé dans une période de sa vie où il était fragile. Son comportement a complètement changé et il s’est mis à imaginer des complots partout. J’ai fait des démarches pour lui procurer l’aide nécessaire, mais sa radicalisation était trop avancée; il a posé un geste malheureux à l’automne 2014. J’aimerais tant qu’il soit encore avec nous et que rien ne se soit produit», témoigne Gilles Rouleau.

Parmi les signes avant-coureurs, le guide note les changements d’intérêts marqués, l’isolement social, la rupture et les changements dans les fréquentations et activités, le rejet de l’État, la participation à des activités ou manifestations radicales, l’emploi d’un langage extrémiste et le fait de parler d’aide humanitaire, de religion, de sacrifice, de défense des peuples opprimés ou de Terre sainte.

Évidemment, souligne la GRC, chacun de ces signes pris individuellement n’est pas forcément preuve de radicalisation. Mais, selon les circonstances et si certains d’entre eux s’additionnent, ils peuvent être des indicateurs.

On suggère de prêter attention à certains gestes comme le fait de voir un proche retirer des sommes d’argent importantes, vider son compte, utiliser de nouveaux noms auprès de l’entourage immédiat, vendre des biens personnels ou s’en départir et communiquer dans les médias sociaux avec des personnes qui se sont déjà rendues ou qui sont en zone de conflit, entre autres choses.

Au niveau des indications de préparation d’un attentat, on relève le fait de laisser des fenêtres ouvertes malgré la froide température, la présence de cartes routières, de lunettes de vision nocturne, l’achat de fertilisant et d’autocuiseurs (cocotte).

Il liste aussi des groupes terroristes désignés comme tels par le Canada et des groupes extrémistes, ainsi que certains symboles qu’ils utilisent.

«Nous pouvons lutter sans relâche contre cette menace en adoptant une approche répressive. Mais la solution à long terme pour réduire l’imprévisible repose sur la prévention et sur la mobilisation des citoyens», est-il écrit dans le guide.

Celui-ci a été préparé par l’Équipe intégrée à la sécurité nationale et le Bureau des communications de la GRC au Québec, avec la collaboration du Comité sur la sécurité nationale et le contre-terrorisme, l’Association canadienne des chefs de police et la Structure de gestion policière contre le terrorisme au Québec (SGPCT).

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus