NEW YORK — Le virus Zika ravage les testicules des souris, réduisant de manière marquée la fertilité et le nombre de spermatozoïdes, prévient une nouvelle étude qui soulève de nouvelles inquiétudes quant à la menace que représente ce virus pour l’humain.

Des expériences ont révélé que les testicules de souris infectées perdaient 90 pour cent de leur poids, tandis que leur production de sperme fertile s’effondrait en moyenne de 75 pour cent — et souvent plus.

On savait déjà que le virus infecte le système reproducteur masculin et que sa présence persiste dans le sperme, et le moment est venu de savoir s’il cause des dommages similaires chez l’homme, a dit un des auteurs de l’étude, le professeur Michael Diamond de la faculté de médecine de l’Université Washington, à St. Louis.

Le professeur Diamond croit que les dommages constatés chez les souris sont permanents.

Des experts n’ayant pas participé à l’étude rappellent toutefois qu’il ne faut pas sauter aux conclusions, puisque les souris ne sont pas des hommes. Ils ont notamment fait remarquer que le professeur Diamond et son équipe avaient supprimé le système immunitaire des souris, une procédure normale lors de telles expériences, mais qui ajoute une différence avec l’humain.

Le directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses des États-Unis, le docteur Anthony Fauci, estime de son côté qu’il s’agit d’un «signal d’alarme» dont il faut tenir compte.

L’expérience menée chez les souris a révélé que le virus attaque la structure anatomique des testicules où le sperme est produit et atteint sa maturité. Les niveaux de testostérone chutent et les mâles infectés ne peuvent inséminer les femelles qu’environ 25 pour cent du temps. Les femelles produisent ensuite la moitié moins du nombre normal de foetus.

Les conclusions de cette étude sont publiées par le prestigieux journal scientifique Nature.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus