OTTAWA — Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) hausse le ton devant les lenteurs «inexcusables» d’Ottawa à mettre en oeuvre d’importantes recommandations, dont une quarantaine traînent sur les tablettes depuis plus de 20 ans.

La présidente de l’organisme indépendant, Kathy Fox, avait convoqué la presse, lundi, à Ottawa, pour publier la toute dernière «Liste de surveillance» du BST. Elle en a profité pour manifester son impatience et son irritation devant les lenteurs du gouvernement.

Mme Fox a ainsi annoncé qu’au cours des jours et des semaines à venir, le BST rencontrera les divers intervenants du secteur des transports «pour les inciter à agir concrètement». Le BST publiera ensuite les résultats de ces rencontres.

La nouvelle édition de la Liste de surveillance, qui énumère les principaux enjeux de sécurité qu’il faudrait régler dans le transport aérien, ferroviaire, maritime et par pipeline, comprend deux nouveaux enjeux cette année: la fatigue des équipes de train et, justement, la lenteur de Transports Canada à réagir aux recommandations du BST.

Ainsi, malgré les «rigoureuses mesures de sécurité prises par Transports Canada» à l’égard du transport de liquides inflammables par rail, le BST estime que «les risques persisteront à l’échelle du système tant que des contrôles efficaces du risque et les normes sur les nouveaux wagons-citernes ne seront pas entièrement mis en oeuvre».

Huit des dix enjeux qui figurent sur la Liste de surveillance de cette année y étaient déjà dans les versions antérieures, rappelle le BST. Par contre, la sécurité aux passages à niveau a été retirée de la liste, à la suite «d’importantes mesures prises par Transports Canada, les chemins de fer et les administrations routières».

Pour le reste, «le temps de mettre un problème sur la table puis d’attendre que d’autres le remarquent est révolu», a prévenu Mme Fox.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus