TORONTO — La première ministre ontarienne Kathleen Wynne a reconnu, lundi, que les conditions dans lesquelles Adam Capay a été détenu en isolement pendant quatre ans sont «extrêmement troublantes», mais a refusé de parler d’un cas de torture.

Le détenu autochtone âgé de 23 ans a été isolé dans une cellule de plexiglas pendant 52 mois dans une prison de Thunder Bay, en Ontario. Les lumières étaient allumées en permanence.

Après que sa situation eut retenu l’attention du public, Adam Capay a été transféré dans une cellule ordinaire. Il a ainsi accès à une chambre, un téléphone et une télévision, mais demeure tout de même à l’écart de la population générale.

Adam Capay est en attente de la tenue de son procès pour le meurtre d’un autre détenu, en 2012.

De nombreuses voix ont condamné le traitement réservé au détenu autochtone, décriant un cas de torture.

Kathleen Wynne a affirmé mardi que bien que la situation soit «extrêmement troublante», elle ne résumerait pas celle-ci à «un mot en particulier ou un qualificatif».

La première ministre ontarienne a toutefois soutenu que les autorités devraient vérifier si d’autres détenus se trouvent dans la même situation qu’a connue M. Capay, alors que la province réévalue le recours à l’isolement dans ses établissements carcéraux.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus