OTTAWA — La date limite que le gouvernement fédéral s’était fixée pour régler les problèmes occasionnés par le nouveau système de paie Phénix étant passée, Ottawa se donne maintenant jusqu’à la fin de l’année pour résoudre l’impasse qui a privé de nombreux travailleurs de la fonction publique de salaire pendant des mois.

La sous-ministre à Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, Marie Lemay, a indiqué lundi qu’il y avait toujours quelque 22 000 cas à régler.

Cet été, plus de 82 000 retards avaient été recensés.

La mise en place du système de paie Phénix du gouvernement a entraîné des problèmes pour de milliers de fonctionnaires. Certains n’ont pas été payés alors que d’autres ont reçu des paies trop basses ou trop élevées.

Mme Lemay s’est dite déçue que l’impasse n’ait pu être réglée plus tôt, ajoutant que le gouvernement avait vraiment voulu respecter sa date limite.

Elle a assuré que ses collègues et elle-même continueraient de travailler sans relâche pour dénouer la problématique le plus rapidement possible. La nouvelle date butoir est fixée à la fin de l’année 2016, a-t-elle dit.

«Nous organisons tout notre travail (pour que les effets) de toutes les transactions et de tous les retards aient le moins de conséquences foncières possible, puisque la fin de l’année est vraiment importante. Nous consacrerons beaucoup d’efforts à cette fin.»

Les cas restés en suspens sont complexes et demandent beaucoup de temps et de calculs manuels, a-t-elle précisé, ajoutant que la source de certains problèmes remonte bien avant l’implantation du système Phénix.

Ottawa a déboursé 50 millions $ supplémentaires pour gérer les problèmes liés à l’implantation du système de paie Phénix, incluant des millions de dollars qui ont été versés à la société IBM.

Un autre million de dollars a été injecté pour implanter et gérer un bureau pour aider les ministères à rembourser les dépenses d’employés affectés. Le coût final devrait toutefois ne s’élever qu’à la moitié de cette somme, a dit un employé du Conseil du Trésor, Alfred Tsang.

Le fédéral a par ailleurs été forcé d’embaucher des centaines de conseillers en rémunération après que plus de 82 000 fonctionnaires eurent signalé des anomalies avec leur paie.

Note aux lecteurs: Ceci est une version corrigée. La version précédente indiquait qu’un million avait été alloué au remboursement des dépenses d’employés, alors que cette somme sert plutôt à mettre en place un bureau pour aider les ministères à le faire.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus