Justin Tang Justin Tang / La Presse Canadienne

OTTAWA — Un policier d’Ottawa a plaidé coupable, mardi, à deux infractions à la Loi ontarienne sur les services policiers, pour des commentaires controversés écrits sur Facebook après le décès d’une artiste inuite.

Le sergent Chris Hrnchiar était accusé de deux chefs de conduite déshonorante, en vertu de la Loi sur les services policiers de l’Ontario. Après avoir plaidé coupable, mardi, il a présenté ses excuses à sa famille, au corps policier et au peuple inuit.

Les commentaires avaient provoqué une vague d’indignation dans les communautés autochtones du pays et dans la population allochtone en général.

Le directeur de la Police d’Ottawa, Charles Bordeleau, avait qualifié d’inappropriés ces commentaires aux relents racistes, qui ne reflétaient pas, selon lui, les valeurs prônées par le service policier.

Le corps d’Annie Pootoogook avait été découvert dans la rivière Rideau le 19 septembre dernier — un décès qui n’a pas été à l’origine considéré comme suspect par la police.

M. Hrnchiar, policier depuis 30 ans, était enquêteur judiciaire à ce moment-là. Sur sa page Facebook, il a écrit des commentaires, qualifiés de racistes pendant l’audience de mardi, où il prétendait que le décès de Mme Pootoogook n’avait rien à voir avec le phénomène des femmes et filles autochtones disparues ou assassinées au Canada.

«Ce n’est pas une affaire de meurtre (…) peut-être un suicide, ou une mort accidentelle — elle avait bu et serait tombée dans la rivière, qui sait?»

L’audience de mardi était présidée par l’ex-directeur adjoint de la Police régionale de York Terence Kelly, qui imposera la peine le 7 décembre.

L’avocat de M. Hrnchiar et le Service de police d’Ottawa ont recommandé conjointement que le sergent soit rétrogradé pendant trois mois au rang d’agent de première classe, et qu’il suive une formation en sensibilisation culturelle.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus