Photo tirée de Facebook L'incitation à la haine d'un Gatinois crée des remous.

Le geste d’un jeune Gatinois de porter un message de haine envers les gais ne passe pas inaperçu.

Sur la photo, trois autres jeunes endossent les couleurs d’un groupe anti gai nommé ATG. Les jeunes s’affichent à la fois en public ainsi que sur les réseaux sociaux. L’un d’entre eux a d’ailleurs été vu à Ottawa arborant un message violent indiquant qu’il tuerait l’homme gai qui le toucherait.

Depuis, le message a fait le tour des réseaux sociaux et la réaction est vive. La ministre de la Justice et responsable de la région de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, a d’ailleurs exprimé son indignation sur Facebook.

Mme Vallée était d’ailleurs, lundi dernier, dans les nouveaux locaux de Jeunesse Idem pour appuyer l’organisme qui offre du soutien aux jeunes lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres (LGBT) dans la région.

«Je condamne haut et fort toute manifestation d’incitation à la haine, à la violence envers la communauté LGBT et envers la différence de l’autre, tout simplement», indique Mme Vallée, qui rappelle qu’en déposant le projet de loi 59, elle souhaitait justement « doter le Québec d’outils qui nous aideraient collectivement à combattre ce type de discours.»

Chez Jeunesse Idem, l’organisme allosexuel dans la région qui mène la lutte à l’homophobie et la transphobie, on craint l’impact sur la confiance et l’estime des jeunes qui tentent de s’accepter comme LGBT.

« Est-ce que ça va étaler la peur chez nos jeunes, ceux qui ont fait des pas, ça peut provoquer un retour en arrière. Mais en même temps, ça démontre encore le besoin d’éducation et de sensibilisation», explique le coordonnateur Érik Bisson.

Pour le responsable de l’organisme, le souhait est d’éviter des événements violents, comme ceux de Matthew Sherpard, ce jeune qui a été torturé dans les années 1980 parce qu’il était homosexuel. Ou encore tout récemment, à Saint-Tite, quand un homme croyant qu’il se faisait séduire, a frappé un autre.

« On ne veut pas que ces gens-là s’affichent comme pro-gais, mais je crois que le message de haine et de violence ne doit pas mener à une escalade», ajoute M. Bisson.

Il assume son geste
Julien Clément, 18 ans, de Gatineau, réitère son message depuis, dans les médias, en indiquant «réellement détester les gais».

«Je déteste les gais pour de vrai», indique le jeune homme. Son ami Yan Miller endosse les mêmes propos devant la caméra de CTV: « J’aime pas les homosexuels. Je ne suis pas homophobe, je n’ai pas peur d’eux. »

Du côté du Service de police de la Ville de Gatineau, il n’y a pas présentement d’enquête pour des crimes haineux qui a été répertorié. L’enquête en cours est entre les mains du Service de police d’Ottawa, qui a reçu une plainte pour l’événement s’étant déroulé à la ferme Saunders, en fin de semaine.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus