OTTAWA — Le ministre fédéral des Finances a affirmé que toute nouvelle dépense proposée pour le budget fédéral devra pouvoir contribuer à la croissance de l’économie.

En entrevue à La Presse canadienne, Bill Morneau a dit que la contribution à la croissance était le premier d’une série de filtres utilisés dans l’élaboration de son deuxième budget fédéral dans l’objectif d’éviter de perdre le contrôle du niveau de la dette.

M. Morneau a affirmé que l’élaboration d’un budget impliquait des compromis complexes, mais que le gouvernement se devait de s’attarder à la croissance économique et de déterminer s’il y a des moyens d’en faire plus avec des ressources moindres.

Les libéraux ont resserré leur marge de manoeuvre fiscale cette semaine avec une mise à jour économique qui inclut 32 milliards $ en dépenses d’infrastructures au cours des onze prochaines années, et un montant équivalent en encre rouge dans les finances fédérales.

Le document indique aussi que des déficits seront enregistrés sur une période encore plus importante que ce qu’avaient d’abord indiqué les libéraux — un total de 114,9 milliards $ en déficits entre 2016-2017 et 2020-2021, en hausse par rapport à la projection de 83,2 milliards $ dans le plus récent budget.

M. Morneau a affirmé que le gouvernement estimait que ses modifications aux taux d’imposition pour la classe moyenne, la nouvelle allocation familiale et les dépenses d’infrastructures à court terme créeraient des emplois dans les prochains mois.

Le ministre fédéral des Finances parcourt le pays en tentant de faire valoir aux Canadiens le nouveau plan de dépenses.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus