Getty Images/iStockphoto

Ottawa désignera un représentant ministériel spécial pour se pencher sur l’enjeu des passages frontaliers pour les Premières Nations.

C’est l’annonce qu’ont faite les ministres des Affaires autochtones, Carolyn Bennett, de l’Immigration, John McCallum, et de la Sécurité publique, Ralph Goodale, vendredi, en réponse au rapport d’un comité sénatorial sur la question déposé au mois de juin.

Si les communautés autochtones canadiennes entretiennent des liens étroits avec les Premières Nations des États-Unis, franchir la frontière requiert de longues formalités qui nuisent à ces relations, révélait ce rapport.

Dans leur lettre conjointe, les ministres ont souligné que la résolution de cet enjeu nécessite une «approche horizontale» impliquant plusieurs agences et ministères, qui devront prendre en considération les questions du statut, de la sécurité et de la souveraineté internationale.

Dans son rapport, le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones souligne que certaines Premières Nations du Canada estiment jouir du droit de traverser librement la frontière canado-américaine en vertu du Traité de Jay, conclu entre la Grande-Bretagne et les États-Unis en 1794.

Il conclut que des mesures devraient être mises en place afin de faciliter le passage frontalier des membres des Premières Nations et recommandait la désignation d’un représentant spécial — dont la présidente du comité, Lillian Dyck, dit avoir hâte de connaître l’identité.

Les discussions amorcées par ce représentant ministériel avec des membres des Premières Nations traceront les grandes lignes du travail que mènera ensuite un comité interministériel de hauts fonctionnaires. La tâche de ce comité devra être accomplie avec un souci d’entretenir une relation «nation à nation» avec les Autochtones du Canada, précise l’annonce de vendredi.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus