TC Media – Prisca Benoit

QUÉBEC — C’est vendredi prochain que Thierno Oury-Barry, ce jeune homme accusé à la suite de la vague d’introductions par effraction et d’agressions sexuelles à l’Université Laval, saura s’il peut recouvrer sa liberté en attendant la suite des procédures judiciaires.

La juge Chantale Pelletier a pris la cause en délibéré après avoir entendu vendredi la preuve et les arguments des deux parties.

L’enquête sur remise en liberté a été frappée d’une ordonnance de non-publication.

L’étudiant âgé de 19 ans, d’origine guinéenne, fait face à 12 chefs d’accusation, dont quatre d’introduction par effraction pour commettre une agression sexuelle.

Son présumé complice, arrêté en même temps que lui le 22 octobre dernier, n’a toujours pas comparu pour répondre à des accusations moins graves.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus