HO HO / La Presse Canadienne

DAWSON CITY, Yukon — Comme leurs cousins à Ottawa, les libéraux du Yukon sont passés lundi de troisième parti à gouvernement majoritaire à la législature.

«Ça vous rappelle quelqu’un?», a lancé mardi matin Sandy Silver, qui a mené ses troupes libérales à la victoire, la veille, lors des élections générales.

Le premier ministre désigné formera un gouvernement majoritaire alors que des sondages annonçaient une lutte serrée entre le Parti libéral et le Parti du Yukon, au pouvoir depuis 14 ans. Les résultats électoraux, qui ne sont pas encore officiels, accordent onze sièges sur 19 au Parti libéral, six au Parti du Yukon et deux au Nouveau Parti démocratique.

Le premier ministre sortant, Darrell Pasloski, a été défait dans sa circonscription. En fin de soirée, il a annoncé qu’il quittera la direction du Parti du Yukon. Aux élections générales de 2011, Sandy Silver, un enseignant originaire de Nouvelle-Écosse, avait été le seul candidat libéral élu à l’Assemblée législative du Yukon.

L’automne dernier, Justin Trudeau menait ses troupes à une victoire décisive — et inattendue quelques mois avant le scrutin. Le Parti libéral du Canada rongeait son frein depuis dix ans sur les banquettes arrière aux Communes après le «scandale des commandites» au milieu des années 2000.

Les parallèles entre M. Silver et M. Trudeau ne s’arrêtent pas là: les deux hommes partagent déjà les mêmes grands principes sur la tarification du carbone et sur la réconciliation avec les Autochtones.

On retrouve au Yukon onze des 22 communautés des Premières Nations qui jouissent au pays d’une autonomie gouvernementale, et les relations avec le Parti du Yukon ont parfois été houleuses. Quant aux gaz à effet de serre, M. Silver a promis en campagne électorale qu’il collaborerait avec le gouvernement fédéral pour l’imposition d’une taxe sur le carbone. Il a assuré que les recettes fiscales seraient reversées à l’industrie et aux consommateurs, de façon modulée selon les secteurs.

Les défis du nouveau premier ministre seront nombreux, la chute des prix des ressources naturelles ayant eu un effet catastrophique depuis quelques années dans le territoire de quelque 38 000 habitants, notamment dans le secteur minier. L’économie et l’emploi ont d’ailleurs été au coeur de la campagne électorale.

M. Silver s’est notamment engagé, mardi matin, à favoriser le dialogue entre les minières et les communautés des Premières Nations. Il a dit vouloir montrer à tout le pays qu’on peut faire de l’argent en exploitant les ressources naturelles tout en respectant l’environnement et les peuples autochtones.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus