John Locher/Associated Press Donald Trump, dans la nuit de mardi à mercredi, lors de son discours de victoire

Bien que l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis ait entraîné une hausse subite du prix de l’or, il est encore trop tôt pour en évaluer les impacts sur l’économie de l’Abitibi-Témiscamingue. Les perspectives à moyen terme demeurent cependant encourageantes.

Durant la soirée électorale, le 8 novembre, la valeur de l’once d’or est ainsi passée de 1284 $ US à un sommet de 1337 $ US, pour ensuite amorcer une descente. Dans la matinée du 9 novembre, l’or s’était stabilisé à 1305 $ US l’once.

Il s’agit de sa meilleure performance depuis le creux de 1250 $ US enregistré au début d’octobre, mais le prix demeure en deçà des 1365 $ US atteints au début de juillet, la plus haute valeur atteinte en 2016. De plus, on est encore très loin du record de 1895 $ US affiché en 2011, avant que l’industrie minière n’entre dans un cycle baissier.

Une incertitude positive
«Pour le meilleur ou pour le pire, l’or reste une valeur refuge. Dès qu’il y a de l’incertitude économique ou politique, les gens s’y tournent. Alors, si M. Trump prend des décisions qui vont contribuer à maintenir cette incertitude, ça pourrait être positif pour le prix de l’or», a indiqué Valérie Fillion, directrice générale de l’Association de l’exploration minière du Québec.

Selon elle, il est toutefois trop tôt pour se lancer dans les prédictions, car le nouveau président n’entrera en fonction que le 20 janvier 2017. «Après sa première journée de travail, on pourra mieux extrapoler», a-t-elle mentionné.

Il faut aussi éviter de faire des prédictions sur des mouvements trop rapides, le prix de l’or étant caractérisé par sa volatilité, comme on a pu le constater dans la soirée du 8 novembre. «Nous continuons à vivre les impacts du cycle baissier qui s’est amorcé en 2011, a rappelé Mme Fillion. On note que les intentions d’investissement semblent enfin vouloir se stabiliser, mais si des indices tendent à démontrer que la reprise se pointe, rien n’indique que ça va remonter rapidement.»

Voir plus loin que l’or
Par contre, si le prix de l’or devait continuer à grimper, les impacts pourraient s’avérer positifs pour l’Abitibi-Témiscamingue, car les projets d’exploration pour le métal jaune vont devenir plus alléchants pour les investisseurs. Mais les effets bénéfiques pourraient s’étendre au-delà, estime Valérie Fillion.

«C’est sûr que nos membres effectuent beaucoup d’exploration dans l’or, mais il y a aussi d’autres projets, qu’on pense, par exemple, au lithium ou aux métaux usuels comme le cuivre ou le zinc. En s’intéressant aux projets aurifères de la région, les investisseurs vont aussi voir ce qu’on fait dans les autres substances et qui, actuellement, passe peut-être un peu sous le radar», a-t-elle fait observer.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus