BELLA BELLA, C.-B. — Alors que les autorités s’apprêtent à tirer le remorqueur qui a fait naufrage près de la côte de Colombie-Britannique, une Première Nation accuse Ottawa de retenir des informations relatives à l’impact environnemental de l’incident.

Plus de 100 000 litres de diesel et d’autres polluants se sont déversés lorsque le Nathan E. Stewart a coulé, le 13 octobre, à 28 kilomètres de la communauté de Bella Bellla.

La Première Nation Heiltsuk reproche au gouvernement fédéral de ne pas divulguer les informations relatives aux évaluations environnementales réalisées sur les lieux du naufrage.

Par voie de communiqué, les représentants heiltsuk allèguent que les résultats des analyses ont été communiqués au ministère de l’Environnement, mais pas à leur peuple. Selon la conseillère Jess Housty, ce manque de transparence va à l’encontre des principes du commandement unifié, prévu en gestion des urgences.

La chef de la Première Nation Heiltsuk, Marilyn Slett, a réagi en avançant que les ministères fédéraux ont «manifestement raté le message» sur la réconciliation avec Ottawa.

Un rapport d’incident publié vendredi indique que le remorqueur a été déplacé vers des eaux plus profondes, où on pourra plus aisément le tirer. L’opération de sauvetage du Nathan E. Stewart doit s’amorcer samedi.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus