QUÉBEC — Les négociations avec ses employés étant dans l’impasse, l’Hôtel PUR de Québec a décrété un lock-out vendredi soir.

La porte-parole de la direction, Nathalie Vallée, a affirmé que la décision a été prise à regret, mais espère ainsi faire débloquer les pourparlers avec la CSN, qui représente ses 125 employés.

«On pense que les employés doivent comprendre que la survie de leur emploi est en jeu. Ce n’est pas de la frime», a-t-elle précisé à La Presse canadienne.

Mme Vallée a ajouté que la direction a l’intention d’investir 5 millions de dollars pour rénover l’établissement. «Si on n’est pas en mesure d’investir dans la rénovation de l’hôtel comme on entend le faire avec la convention qu’on a proposée au syndicat sur cinq ans, on voit difficilement comment on pourra passer à travers les prochaines années avec l’hôtel dans l’état actuel des choses», a-t-elle soutenu.

L’employeur offre aux employés une convention collective d’une durée de 5 ans avec des augmentations de 2 pour cent les 1ere et 2e années, de 3 pour cent les 3e et 4e années et finalement de 4 pour cent la 5e année.

Si le syndicat refuse cette offre, les investissements prévus ne seront pas possibles, conclut la direction, qui accuse le syndicat de demeurer inflexible sur ses demandes.

Le syndicat n’a pas voulu commenter la situation pour le moment, indiquant qu’il tiendra une conférence de presse dimanche au terme d’un vote de grève de ses membres.

Durant le lock-out, l’hôtel s’engage à respecter toutes les lois en vigueur et assurera le service aux clients de son établissement à l’aide du soutien de son personnel-cadre.

L’Hôtel PUR est situé dans le quartier Saint-Roch.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus